top of page
Logo Gust Graas

ABBAYE DE NEUMÜNSTER, LUXEMBOURG 

Gust Graas
et les Femmes

5 juin - 28 juillet 2024

“Pint, per tant som.”

“I paint, so I am.”

„Ich male, also bin ich.“

“Pinto, luego soy.”

“Je peins, donc je suis.“

“Pingo, ergo sum.”

“Ech molen, dofir sinn ech.“

Vernissage 5 juin 18.30

Exposition du 6 juin – 28 juillet 2024

 

Chapelle de Neumünster, Luxembourg

Gust Graas
et les Femmes

Gust Graas s’entoure de « ses » femmes dans son atelier

Au tout début des années 60, Gust Graas célèbre la beauté et la diversité des femmes dans son atelier de Belair. Il s'entoure de petits portraits de femmes représentant des canons de beauté divers dans Chapeau foulard   +  , des blondes portant la Robe du soir   +  , à La belle rouquine   +   en passant par les brunes, Pagenfrisur   +   et La Robe m’en tombe   +  . Elles sont toutes peintes de face, les yeux grand ouverts, avec une expression adoucie. Et Gust continue la production de tableaux de femmes, sous le regard de toutes celles accrochées au mur. 

Tous les portraits de femme sortent de son imagination, sauf la femme au Chapeau de fourrure   +  ,  inspiré par le couvre-chef de sa femme. Cette série de portraits se clôt par La femme au chignon   +  . La tête tournée, elle détache son regard de son créateur. Le peintre met en évidence leur indépendance mutuelle.

L'art de Gust Graas met en avant une beauté chaste qui s'arrête à la naissance des seins, invitant ainsi à une réflexion plus profonde sur la perception de la féminité, comme La femme aux mangues   +  

Les Nus de Gust Graas : une exploration de la condition féminine

La représentation des nus féminins marque une étape dans la carrière de peintre de Gust Graas, faisant suite à sa série de portraits de femmes. Toujours en quête de la beauté, il a choisi de dépeindre les corps nus des femmes, les considérant comme des créatures divines complémentaires à l’homme, en toute innocence, comme cette Nue monochrome   +  

 

Contrairement à d'autres artistes, Gust Graas n’a jamais réduit le corps de la femme à un objet sexuel. Il neutralise toute forme de sexualité dans Nue avec cruches   +  .

 

Personnellement, le peintre ne pousse pas plus loin sa représentation des femmes, préférant rester fidèle à sa compagne Lydia. On peut se demander si le tableau Nue avec son bouquet de fleurs   +  , qu'il n'a jamais accroché mais a gardé enroulé, caché dans un coin du garage, témoigne de ses doutes quant à sa propre représentation féminine. Ou est-ce qu’il ne voulait pas blesser la sensibilité de sa femme ?

 

Toujours est-il qu’il délaisse l’étude des nus pour explorer les femmes différemment en peignant leurs interactions et leurs attitudes face à la vie.

La femme aux mangues

La femme, mère de famille

Alors que les premières représentations des femmes avec leur enfant sont figuratives et stéréotypées, comme la peinture Tendresse   +  , celles qui suivent montrent une évolution plus nuancée. Entre La mère et l’enfant   +   règne une incompréhension mutuelle. L’artiste poursuit sa description sociale avec Maman fantôme   +  , une peinture presque abstraite, où des têtes d’enfants surgissent et la mère se retrouve effacée dans l’arrière-fond. Dans les deux toiles abstraites, Réunion de famille   +   et Le bonheur d’être réunis   +  , les liens familiaux apparaissent au détriment des individus.

Tendresse

Témoin de la libération de la femme

Dans les années 60 et 70, les femmes revendiquent leur place dans la société, demandant l'égalité des droits, l'accès à l'éducation et à l'emploi, ainsi que le contrôle de leur propre corps. 

Gust Graas représente la force montante des femmes à travers son art. Alors que Papotage entre voisines   +   peut encore être interprété comme une représentation ironique des femmes, Fan de foot   +   montre une adepte de foot sans distinction sexuelle, à l’exception de ses seins. 

Le tableau Sorties du coiffeur   +   emprunte même à la peinture glorieuse soviétique, tandis que le pastel Die Sozialdemokratin   +   souligne la présence accrue des femmes en politique.

Fan de foot

Lydia, le grand amour et l’unique femme de sa vie

Malgré toutes les femmes imaginaires dans ses peintures, présentes à tout moment dans la maison, Gust Graas n’a qu’un seul amour dans sa vie, sa femme Lydia. L’amour pour sa femme se reflète dans sa peinture des autres femmes, marquée par la pudeur et la fidélité conjugale.

 

C’est à travers Lydia, que Gust trouve son idéal féminin. 

 

Gust, passionné de photographie, a capturé un instant précieux de leur lune de miel à Sète en 1950. La photo en noir et blanc de Lydia, cheveux au vent, grand sourire, est placée sur la petite table du salon. Pourtant Gust ressent que cette image ne rend pas justice au bonheur ressenti alors. Il décide de capturer à nouveau ce précieux moment, cette fois-ci en couleur sur une grande toile, Vacances de noces   +  . Mesurant 100 x 120 cm, cette œuvre est accrochée au-dessus du canapé.

 

Durant des années, Gust réalise des photos artistiques de Lydia, développées la nuit dans la cuisine.

Vacances de noce

La connection profonde de Gust Graas avec la spiritualité

Gust Graas est né dans une famille catholique, où la religion règle chaque aspect de la vie quotidienne, comme dans Le ciel reprend son droit   +  

Durant les épreuves de la Deuxième Guerre mondiale il reste profondément croyant, bien que son appréciation de la divinité ait changé. Il ne prie plus pour que Dieu mette fin à la guerre, mais pour que lui-même trouve le courage d'agir pour la paix. 

Après la guerre, il fonde des mouvements pour la paix et la jeunesse. Il travaille activement pour créer un monde meilleur, illustré dans Der Weg zum Himmel   +   et Bénédiction   +  .

Sa spiritualité se manifeste dans sa relation de 79 ans d'amour inconditionnel avec sa femme Lydia dans La force de l’amour   +  , ainsi que dans son travail à RTL, où il crée un environnement de travail accueillant et stimulant.

Le ciel reprend son droit

Les peintures de femmes dans l’abstraction lyrique de Majorque

Depuis son départ de RTL en 1988, Gust Graas trouve une nouvelle liberté dans sa vie à Majorque. Il vit et peint à son rythme, absorbant la beauté et la sérénité de Majorque.  

À partir des années 90, il réussit à capturer la légèreté de sa nouvelle vie dans ses œuvres. Les femmes restent présentes, comme dans la Déesse crétoise   +   et Schwerelosigkeit   +  . Elles peuvent aussi se  cacher, apparaître en esquisse dans Beauté mauve   +   ou se réduire à ses symboles, comme dans Mamelle nourricière   +  

En 1995, la même année, il peint deux tableaux très différents, Grüne Frau   +  , avec la transparence typique du début des années 1990. Le café est prêt   +   reflète son énorme gratitude pour le dévouement de Lydia, qui lui permet de vivre pleinement sa passion pour l'art. 

Déesse crétoise

Leere Farbtube
bottom of page